Excellence, Monsieur le président de la République,

Mesdames et messieurs en vos grades et qualités,

Mes chers compatriotes sénégalais,

Mes chers compatriotes français,

Mes chers futurs clients du TER, chers amis,

Ce soir souffle un vent léger à Diamniadio !

Il s’agit du vent de la liberté.

La liberté de penser tout d’abord que le Sénégal connaît bien puisque du premier Lebou installé à Dakar il y a mille ans, jusqu’aux jeunes sénégalais qui sillonnent l’Afrique et le monde porteurs d’idées neuves, en passant naturellement par SENGHOR, la liberté de penser est dans l’ADN du Sénégal.

La liberté d’entreprendre ensuite. Et à Diamniadio, fabuleuse pépinière d’entreprises et gage d’un incroyable développement à venir, on sait tout particulièrement ce que c’est que la liberté d’entreprendre.

Mais aujourd’hui, alors que nous inaugurons le TER de Dakar, je voudrais vous parler de la liberté d’aller et venir, de la liberté de se déplacer qui, comme celle de penser et d’entreprendre est une liberté fondamentale.

Et le TER de Dakar, est le symbole de cette liberté là car il n’est pas qu’un train, mais le symbole d’une nation toute entière.

D’abord parce qu’il a fallu voir le « TER en grand » dès sa création.

S’il sera utile comme il est aujourd’hui avec ces 35km de voies et ses 14 gares, ses 160 km/h et sa régularité avec un train toutes les 10mn entre 5h00 et 20h00, il sera aussi utile car il a été conçu pour s’arrimer à d’autres modes de transports, le BRT, le PTB, les bus et les taxis. Il a été pensé pour grandir. Ce n’est donc pas un TER racorni et rabougri mais un TER qui a vocation à aller encore plus loin, seul et avec les autres.

Choisir pour lui ce qu’il y a de meilleur et faire du TER la colonne vertébrale d’un système multimodal de transports et l’emmener toujours plus loin, Excellence, Monsieur le président de la République c’est votre ambition. Cette ambition est pragmatique car elle permet de n’opposer aucun mode de transport à un autre mais plutôt de les connecter tous entre eux et d’imaginer le développement du TER au-delà de Diamniadio.

Ensuite, pour que le TER aille loin et durablement, vous avez fait confiance à l’une des plus vieille compagnie ferroviaire du monde, la SNCF (et sa filiale Keolis). Et vous lui avez demandé d’embaucher 950 sénégalais et leur permettre de prendre les commandes de l’un des trains les plus perfectionnés du monde.

Car le TER de Dakar puise sa force et son énergie dans ses personnels, les seteroises et les séterois, choisis parmi les meilleurs, qui ne doivent leur embauche qu’à leur seul talent, et qui seront bientôt les exploitants d’un système dont ils connaîtront tous les secrets. Ils sont jeunes (34 ans), ils sont 60% d’hommes mais surtout déjà 40% de femmes. Ils ou elles sont des ingénieurs sur-diplômés ou des agents de maintenance encore peu qualifiés pour lesquels la SETER offre le contrat de la première chance. Ils et elles représentent le Sénégal dans ses diversités. Ils ou elles ont de l’énergie à revendre, une remarquable capacité d’engagement, un sourire magnifique et l’envie d’être utile chevillée au corps et au cœur, utile à leur pays le Sénégal, utiles à leurs compatriotes qui seront bientôt plus de 115 000 à être transportés en toute sécurité chaque jour par le TER, utile à l’Afrique à laquelle ils et elles disent « en matière de chemin de fer aussi, crois en toi ! Si le Sénégal l’a fait tu peux le faire aussi : construis une ligne de chemin de fer en 3/4 ans et une compagnie ferroviaire en 3 ans ».

Excellence, Monsieur le président de la République, dès le commencement de cette aventure, vous m’avez donné trois instructions. Je l’ai dit « donnez au Sénégal ce qu’il y a de mieux » et « appuyez vous sur la jeunesse sénégalaise car elle ne vous décevra pas ». Mais vous avez aussi exigé que le TER du Sénégal ne soit pas un train pour les riches, les nantis et les privilégiés mais bien un « train populaire » aux prix accessibles au plus grand nombre.

Nos voyageurs nous le confirmeront sans doute dans les prochains jours, avec une grille tarifaire en trois zones à 500, 1000 et 1500 francs cfa, je crois que nous y sommes arrivés. Et, à ces prix là, vous n’aurez pas un TER au rabais, le moche au prix du moche, mais bien le plus beau train d’Afrique, même le plus beau train du monde puisqu’il est sénégalais, mais encore le meilleur du service et de la sécurité car il s’inspire de celui offert par la SNCF et Keolis à Dubaï, au Maroc, à Shanghaï ou à Melbourne.

Ce train, Excellence, Monsieur le président de la République, ce n’est pas une folie. C’est un investissement utile que même les plus grincheux d’aujourd’hui finiront par prendre et sauront aimer.

Mais j’appelle votre attention sur un point : dans le monde entier le train est frappé d’une malédiction qui s’illustre par le fait qu’un train en retard fait 100 fois plus de bruit que des milliers de trains à l’heure. Et je vous annonce que le Sénégal n’échappera pas à cette malédiction.

Alors, avec plus de 50 000 trains par an et en dépit du fait que vous avez choisi les meilleurs partenaires, le matériel le plus perfectionné et surtout les cheminots sénégalais les mieux formés et les plus engagés, attendez-vous à entendre plus souvent parler des quelques trains en retard que des milliers de trains à l’heure. Mais, les soirs de déprime, vous pourrez compter sur les 950 cheminots de la SETER et sur les 115 000 voyageurs quotidien pour vous réconforter…

Pour conclure :

Excellence, Monsieur le président de la République,

Mesdames et messieurs les futurs clients du TER,

Je vous remercie du fond de mon cœur tricolore, pas le bleu blanc rouge que j’ai laissé à Paris, mais le vert, jaune, rouge que j’adopte chaque fois que je suis à Dakar car on peut être né ailleurs et défendre avec force le rêve sénégalais.

Merci donc d’avoir accepté d’être ce soir et pour toujours les supporters fidèles du TER de Dakar et de son exploitant la SETER.

Et pour prouver que vous êtes effectivement ses supporters fidèles, je vous demande de dire chaque jour à partir d’aujourd’hui, au moins 10 fois par jour, j’aime le TER de Dakar, j’aime le TER de Dakar,… Car le TER de Dakar est à l’image du Sénégal que l’on aime, du Sénégal qui a du talent et même parfois du génie, que l’on envie souvent ailleurs en Afrique, que l’on jalouse parfois sur d’autres continents, dont on s’inspire souvent un peu partout.

Et le TER de Dakar est à l’image de la république du Sénégal dont il est la propriété : il est moderne, innovant, populaire, bas carbone, utile et beau 

Il vous appartient, Monsieur le président de la République de crier « vive le Sénégal ». C’est votre prérogative de chef de l’Etat. Permettez-moi cependant de crier, vive l’APIX qui met en œuvre avec talent votre politique de grands travaux pour projeter le Sénégal dans le troisième millénaire. De crier aussi, vive la SENTER qui est une autorité organisatrice de chemins de fer tout à la fois exigeante et bienveillante. Et de crier enfin, vive le TER de Dakar car, ce soir, il est incontestablement le plus beau train du monde. Alors, vive le TER de Dakar ! Et comme il doit tout aux sénégalaises et sénégalais qui l’ont construis et qui l’exploiteront, c’est pour eux que je vous demande un tonnerre d’applaudissements !

 

Stéphane Volant,

Président du Conseil de Direction